CHRISTINE SPENGLER, PHOTOGRAPHE

Du chaos à la couleur de la vie

 

Pendant la période de pandémie, l'interaction humaine et les activités économiques ont été affectées par le confinement. Lorsque nous racontons cette période exceptionnelle, le confinement a pu interrompre l'interaction sociale, mais il a aussi pu devenir une réelle pause dans le temps, pour inspirer des activités artistiques. Les contraintes physiques n'ont pas restreint la liberté et la créativité de la correspondante de guerre bien connue, Christine Spengler, qui a poursuivi sa pratique d'artiste à Paris tous les jours sur son balcon. Avec un grand plaisir plaisir, nous avons eu un appel avec elle pour une interview.

Breakthrough + "Re-": Bonjour Christine, merci d'avoir accepté notre interview. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter?

 

Christine Spengler: Eh bien, je m'appelle Christine Spengler. Je suis française et j'ai grandi à Madrid après le divorce de mes parents. J'étais l'une des très rares femmes photographes de guerre. Récemment, j'ai publié des images lyriques colorées inspirées du Musée du Prado et de ma mère, Huguette Spengler, qui était appelée la "dernière artiste surréaliste."

 

B+R: Au cours des derniers mois, avez-vous trouvé l'inspiration lors du confinement de COVID-19?

 

C.S.: Je dois dire que le confinement m'a beaucoup inspiré car nous avions beaucoup de temps, et comme je ne pouvais pas prendre ces énormes avions pour aller faire mes témoignages à l'autre bout du monde, alors je me suis mise à créer dans ma tête et à essayer de faire de nouvelles choses, par exemple la peinture! J'ai peint mes idoles: Maria Callas, Frida Kahlo et l'écrivaine française Marguerite Duras. L'action de repeindre une image amène à la rendre unique. En ce qui concerne l'après-midi, j'ai passé mon temps à écrire et à essayer de terminer mon nouveau livre, "L’homme bleu du désert."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christine Spengler étend sa créativité en créant des photomontages colorés, 

les photomontages de Christian Lacroix de sa mère Huguette Spengler sont créés spécialement pour cette interview.
(1) Christian Lacroix, Paris, 2020. ©Christine Spengler
(2) Marguerite Duras, Paris, 2020. © Christine Spengler
(3) Huguette Spengler, Paris, 2020. © Christine Spengler

Avec une attitude optimiste et positive face à cette période de confinement inhabituelle, Christine est impatiente et enthousiaste envers ses expositions qui ont été affectées et reportées en raison du COVID-19.

 

C.S.: Personnellement, le verrouillage m'a beaucoup inspirée parce que j'ai beaucoup créé. Mais j'ai été un peu déçue bien sûr car j'avais trois événements photographiques importants qui ont été reportés. Le premier est Les Femmes S’Exposent, un festival de photos sur les femmes. Il se déroulera en Normandie, sur une magnifique plage appelée Houlgate, où le festival m'a demandé de rendre hommage à de jeunes photographes talentueux. Je présenterai 15 immenses photographies de guerre emblématiques en noir et blanc. Ce festival durera jusqu'à fin septembre. Après cela, ma participation à une très grande exposition à la Tate Gallery de Londres sera retardée de plusieurs mois. Dans cette exposition, je présenterai quelques photos d'Irlande du Nord que j'ai prises à Belfast et Derry lorsque j'étais débutante en 1972.


De plus, une séance de dédicaces qui devait avoir lieu au célèbre Gran Teatre del Liceu de Barcelone a également été reportée. C'est un opéra magnifique et bien connu de la ville, où j'étais censée signer mes livres et donner un colloque sur la photographie, en particulier sur les femmes photographes, à mes lecteurs et fans. Tous ces événements seront reportés mais tout arrivera bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La couverture de l'autobiographie de Christine Spengler, Une Femme Dans La Guerre (2006)
© Sylvain Julienne-Phil Warne

 

Pour poursuivre cette conversation pleine d'espoir, nous avons interrogé Christine sur ses projets futurs et ses désir à venir dans sa carrière d'artiste.


C.S.: Ma plus grande envie serait d'exposer mon exposition «L'Opéra du monde,» créée par la Maison Européenne de la Photographie, à Madrid, Barcelone et en Chine. Parallèlement, j'espère que mon autobiographie, Une Femme Dans La Guerre (éditions des femmes, 2006), qui existe déjà en français et en espagnol, sera traduite en anglais, afin que je puisse avoir de belles expositions à Londres et à New York dans le futur à venir.

Détails de l'évènement:


Les Femmes S’Exposent - Photo Festival 3rd Edition
7 August - 25 September
Houlgate, Normandie

Lisez notre interview avec Christine Spengler pour Re-Interpret ici.

Cette interview a été faite en anglais par Yannie Hung.

 

Traduction en français par Alexandra Balaresque.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

SUIVEZ NOTRE PROJET

QUI SOMMES NOUS?

Breakthrough + "Re-" est un projet artistique imaginé et créé par les étudiants du MBA spécialisé dans le marché de l'art contemporain de l'IESA.

© 2020 by Breakthrough + "Re-"